L’effet Ben Laden bis

vendredi 18 janvier 2013 par J.-L. Evard

Enregistrer au format PDF

Comprendre le tournant pris par la guerre au Mali depuis le début de l’intervention armée française passe par un rapprochement surprenant : la soudaine intensification du conflit réveille, d’abord par intuition, le souvenir du 11 septembre 2001. Pourquoi donc, puisque, et même s’il s’agit bien, au fond, de la même guerre, elle engage des protagonistes et occupe des théâtres différents ?

Si cette soudaineté rappelle la surprise massive provoquée par la destruction des twin towers et l’annihilation de plus de trois mille New-Yorkais, la raison de cette réminiscence ne tient pas du tout à quelque maigre manœuvre compensatoire de nos mémoires de civils démunis de toute information sérieuse (réservée aux décideurs et à quelques rares experts) et dès lors réduits à bricoler quelques pauvres images de guerre ; non, cette réminiscence n’est pas un déjà-vu sans contenu réel, elle tient à un trait bien visible de l’événement : à l’évident élément de style tout à fait décisif qu’est, comme toujours dans l’agir politique, le coup de théâtre. L’avantage tactique va à qui crée la surprise, et à lui seulement. À lui de l’exploiter de manière à le transformer en gain stratégique. Les jours qui viennent – en cette matière, tout se joue très vite – diront donc si le coup de poker tenté par François Hollande le président normal se justifie dans la durée, car, n’en doutons pas, la guerre malienne va durer. Parce qu’elle va durer, il faut déjà risquer une première évaluation stratégique.

Passons d’emblée à ce qui la distingue le plus nettement des épisodes précédents du conflit : son caractère territorial beaucoup plus accentué (renforcé par la cassure de l’État malien) en fait non seulement une guerre au sol (comme en Afghanistan), mais surtout une guerre dans le désert ou la steppe désertique – forme de territorialisation spectaculaire qui tranche avec l’incertain de la forme afghane et, à plus forte raison, avec la forme spectrale de l’attaque par attentats avec ou sans « bombes humaines ». Au Mali, ce sont des corps constitués en armées qui, après destruction en règle de sanctuaires à haute valeur symbolique, à Tombouctou en particulier, ont choisi de s’installer en enclave entre le Maghreb et l’Afrique Noire. L’ensemble de ces éléments géopolitiques indique bien et délimite désormais le seuil d’intensité stratégique de la guerre en cours : élevé, ce seuil, puisqu’il agrafe trois continents (certains des djihadistes au combat circulent certainement d’un front à l’autre, la proximité géographique se renforçant, au fil du temps, entre les théâtres multipliés du conflit), puisqu’il inclut maintenant des touaregs, donc des nomades se dressant contre des sédentaires (affrontement de cultures matérielles), et puisqu’il enchaîne sans fard sur des conflits antérieurs eux-mêmes très violents (révolution libyenne, guerre civile algérienne). La territorialisation de la guerre malienne ne caractérise donc pas seulement le type de guerre probable devant lequel nous nous retrouvons : il récapitule aussi des conflits précédents non résolus, et commence à ce seuil d’intensité élevé parce qu’il les prolonge. C’est la seconde raison pour laquelle nos mémoires ne s’égarent pas en nous rappelant le 11 septembre 2001 : dans un cas et dans l’autre, on a passé un seuil d’intensité supplémentaire de la guerre en cours, comme un avion passe le mur du son.

La forme d’enclave choisie pour cette guerre par les armées djihadistes du désert malien a d’ores et déjà des conséquences stratégiques : au Proche-Orient comme en Afghanistan, les groupes armés vivent en transfrontaliers dont les bases de repli, en cas de besoin, s’étendent à l’échelle d’un demi-sous-continent… hospitalier comme le Liban ou comme le Pakistan. En revanche, comme forme géopolitique, l’enclave malienne a valeur de message sans équivoque pour les États africains comme pour la République algérienne : les voilà mis au pied du mur, sommés de rendre leurs frontières hermétiques ou de les maintenir… poreuses. Pression factuelle qui, quant à l’internationalisation du conflit, aura des effets aussi puissants que, par ailleurs, la nécessité, pour les Occidentaux, de ne pas devenir des réservoirs à otages esquivant toute initiative militaire (scénario illustré par le déroulement de l’attaque d’In Amenas, la raffinerie algérienne). En enclave, ce nouveau théâtre de guerre occupe le cœur du continent africain. Si l’on observe comment de théâtre en théâtre cette guerre s’est propagée, on le voit avec netteté : son cordon serpente maintenant sans discontinuité sur l’ensemble du monde musulman. L’effet Ben Laden (la prose de la guerre « mondiale », il y a dix ans et plus) ? Plein pot. On le dira donc accompli. Effet en boucle (typique de la vidéo-guerre logée dans cette guerre). Et retour à la case départ, après la mort de Ben Laden ? Non, bien sûr. Mais, au contraire, passage au seuil supérieur : les formes contemporaines de la sale guerre et de l’info-guerre s’ajoutant aux formes classiques (la guérilla dans le désert, merci colonel Lawrence !) et à celles de la guerre civile (la guerre à la Femme, entre autres, cible martyre de l’intégrisme).

Dans le quasi-désert et l’enclave où se sont enfermés quelque 7000 djihadistes résolus, le dénouement, ils le déclarent par le choix du style et de la stratégie, exclut d’avance les solutions en demi-teinte (celles justement qui ont mené à la situation extrême d’aujourd’hui). Au Mali, nous ne vivons pas face à une guerre ou une guérilla de plus, mais à une intensification de la guerre en cours depuis des années. Chacun des huit ou dix jours qui viennent commandera la suite : le rythme, la durée, l’après-guerre.


Accueil | Contact | Plan du site | Statistiques du site | Visiteurs : 39 / 33216

Suivre la vie du site Suivre la vie du site Les Bulletins  Suivre la vie du site 2013   Aide