Le silence de l’autruche

mercredi 20 février 2013 par J.-L. Evard

Enregistrer au format PDF

Aux petites raisons de circonstance qui président au silence massif où fait rage la guerre civile syrienne s’ajoute une grande raison, une raison d’époque, une raison souterraine donc, la seule qui engage la responsabilité entière de chacun, une raison souterraine et durable que la perception journalistique et journalière du prétendu « Printemps arabe » rend plus difficile encore à penser dans toute sa portée et son long terme.

Quant aux pays occidentaux (où l’industrie de l’opinion publique sait depuis longtemps comment se censurer elle-même), faisons provisoirement comme si les dirigeants de cette industrie se taisaient parce qu’ils partageraient la décision de non-intervention des politiques et l’appuyaient de cette manière. Tablent-ils ainsi sur le « pacifisme », paraît-il, généralisé, qui, en mode passif, complèterait l’abstention active des Nations Unies ? Devant le paroxysme de violence en jeu, une telle hypothèse est si désobligeante pour l’entendement politique qu’elle ne saurait, si réaliste soit-elle sans doute, avoir ici le dernier mot (si les décideurs avaient décidé de ne pas intervenir, ils diraient d’ailleurs pourquoi). Laissons aussi de côté la question de la chape russe posée sur la région syrienne, ce bastion proche-oriental de l’ex-empire et de son limes. Demandons-nous donc plutôt à quoi pense le reste du monde arabe : il sait que cette guerre féroce a commencé en même temps que le « Printemps arabe », et que les clefs du dénouement se trouvent dans cette simultanéité et en elle seulement. C’est elle qui, silencieuse, inaperçue, en dit le plus long, comme tout signe d’histoire authentique.

Dans le long terme, à portée longue (celle des générations humaines), la solitude des sunnites syriens en guerre avec l’appareil alaouite trouve là sa véritable explication : la perception sentimentale et mièvre du « Printemps arabe », largement dominante à l’Ouest, cache depuis le premier jour que le monde arabe ne s’est pas tant scindé entre une moitié « laïque « et « moderne », d’une part, et une moitié « religieuse » et « traditionaliste », d’autre part, qu’il ne se divise sur les proportions de religion nécessaires à une société et sur le sens même de son institution religieuse, quelle que soit la religion considérée. Le tournant pris depuis quelques mois en Tunisie et en Egypte (où l’événement capital du ralliement unanime de l’armée aux Frères musulmans n’a pas fait autrement l’objet des commentaires qu’il appelait), la grandissante pression salafiste en Afrique noire, la stabilisation du régime iranien – ces moments d’actualité convergent et indiquent ensemble que le monde arabe, à sa manière, aborde la même époque que l’Occident : non pas tant le « retour du religieux » - formule de pacotille – mais la réapparition des religions politiques. (Pourquoi dis-je : « apparition » ? Pour la raison que leur première apparition s’était produite sous le signe du politique comme religion et avait débouché sur l’ère totalitaire, tandis que, à l’échelle du monde arabe et asiate où des branches entières de l’islam se font la guerre, la question inverse se pose, celle du religieux comme politique. La réapparition dont je parle n’a donc rien à voir avec une répétition : elle se propose au contraire une composition différente du même corps hétérogène où veulent s’articuler le religieux, d’essence rituelle, et le politique, d’essence technique.)

Ainsi s’explique la solitude des sunnites syriens. Ils luttent dans l’œil du cyclone. Autour de ce point médian du déchaînement de la question, des scènes nombreuses – des régions diverses – l’interprètent, la relancent, la ressassent, à degré moindre mais instable de conflictualité (degré maximal dans le cas pakistanais, degré élevé dans le cas égyptien ainsi que, voilé jusqu’à maintenant, dans le cas jordanien – degré atténué dans les cas turc ou marocain).

Or, de toute évidence, la réapparition du théologico-politique engage aussi tout l’Occident. Historiquement, il en fut la scène première et primitive. Il a donc toutes les raisons de ne plus jouer à l’autruche, comme le lui enseigne d’ailleurs chaque jour la même réapparition du théologico-politique, à visage découvert… en Israël. Le temps presse.


Accueil | Contact | Plan du site | Statistiques du site | Visiteurs : 38 / 33216

Suivre la vie du site Suivre la vie du site Les Bulletins  Suivre la vie du site 2013   Aide