Pathologie de l’encerclement

mercredi 18 septembre 2013 par J.-L. Evard

Enregistrer au format PDF

On ne comprendra pas le style russe dans l’administration du désordre international – le goût prononcé du Kremlin pour l’allure mauvais genre, pour le langage canaille, pour l’exhibition du poing américain sous le nez géorgien ou ukrainien, pour l’ostentation de la force crue du voyou en vadrouille chez les ploucs de la haute, pour la morgue de l’avantage remporté au mépris de toute élégance (le passeport donné à l’arsouille du – mauvais – cinéma de l’Ouest aussi bien qu’à la bête noire de l’espionnage américain), la protection inconditionnelle garantie devant le Conseil de sécurité des Nations unies à un État criminel de guerre –, on ne comprendra pas le talent dépensé par le Kremlin à jouer le gâte-sauce dans le concert des grandes puissances si l’on oublie la règle d’or (mais non écrite) qui est la leur depuis l’Ancien Régime : comme les gosses hargneux dans la vie des familles nombreuses, celle qui souffre du complexe de l’encerclement ne peut tenir son rang et garder sa dignité qu’à la condition d’élever la voix et de racler des pieds.

Le rôle, avouons-le, est ingrat, et ceux qui le tiennent n’en tirent jamais de satisfaction honnête. Pour devenir une grande puissance arrachant sa reconnaissance auprès de celles déjà établies (dictant donc aussi les normes d’adhésion à leur sourcilleuse société), pour affronter avec succès les épreuves de la sélection, pour emporter la palme sans passer pour autant pour un parvenu à l’éducation douteuse et à l’efficacité incertaine, il faut remplir une condition géopolitique au moins – et la Russie, en se débarrassant de Gorbatchev, donc de son meilleur atout en matière d’occidentalisation de la société russe après plus de cinquante ans de glacis, a certainement perdu une de ces occasions que l’histoire ne dispense qu’avec avarice.

En perspective européenne, il y a un illustre précédent en la matière : l’Allemagne des Hohenzollern, quand le jeune empereur Guillaume II renvoie le vieux Bismarck dans ses foyers, annonce ainsi la fin de la politique continentale conçue par lui aux fins d’unification de l’Allemagne et inaugure la politique coloniale qui, via l’épisode de Tanger ou le chemin de fer Bagdad, mène en droite ligne à 1914, autrement dit à la destruction de l’ordre européen tel que cogité par Bismarck dans la logique du Congrès de Vienne. La stratégie des successeurs du « chancelier de fer » aboutira en peu de temps à l’effet inverse de celui escompté : alors que Sadowa (1866) et Sedan (1870) avaient consacré l’Allemagne en grande puissance, l’Allemagne n’en souffre pas moins, trente ans plus tard, d’un complexe d’ « encerclement » (Einkreisung), qui inspirera massivement le « nationalisme révolutionnaire » de l’après-guerre, puis le discours géopolitique du mouvement et du régime hitlérien. Voici l’élément décisif : c’est au moment où l’Allemagne recueille les fruits de la politique bismarckienne, au moment même où cette nouvelle Allemagne relevée du désastre d’Erfurt (1806) obtient sa légitimité auprès des puissances rivales, qu’elle commence au contraire à s’imaginer « encerclée » –donc menacée par un danger dont la neutralisation lui paraîtra exiger de renoncer à l’ « équilibre » continental de conception bismarckienne, aucun moyen ne lui paraissant trop coûteux pour y parvenir. Edward Luttwak reconnaîtrait certainement dans cette anomalie l’effet le plus classique de ce que lui-même a décrit comme la dynamique paradoxale de toute stratégie : c’est une fois parvenue à ses fins – en une trentaine d’années, refonder l’empire – que l’Allemagne tend à se comporter comme si elle avait échoué, et à bouleverser les règles (non écrites) du jeu international : défi lancé à la Grande-Bretagne (sur les mers), à la France (au Maroc ou au Proche-Orient) – par exemple. La grande puissance allemande se comporte comme si elle n’en était pas une. Le personnage de Guillaume II – ses infirmités en tout genre –incarnera à la perfection cette remarquable bizarrerie.

Le malheur veut que la chute du régime soviétique pousse la Russie dans une situation analogue. Malheur d’autant plus lourd que la fin de ce régime annonçait aussi bien des possibilités inverses : tant sur le plan intérieur (avantage à l’école « occidentaliste », contre la tradition autocratique) que sur le plan international (résolution de la crise des SS 20, émancipation de l’Europe centrale et orientale), la tendance générale au desserrement de l’étau posé par le bolchevisme sur l’espace-temps slave donnait raison, qui plus est, à George Kennan et au principe stratégique de l’endiguement qu’il avait imposé dans les débuts de la guerre froide. Mais cette occasion, comme toutes les occasions, n’a pas duré. Faute qu’on la saisisse – faute que Gorbatchev ait trouvé de véritables alliés intra muros et à l’Ouest –, le retour à l’habitus et le repli sur la tradition l’ont emporté. (Les Pussy Riots narguent le gouvernement ? Elles iront en camp – et non en prison. Toute la détresse russe se lit à livre ouvert dans de tels détails – au moins autant que dans l’appui donné à Bachar El Assad par le ministre Lavrov.)

Or l’ « endiguement » de l’empire soviétique par l’empire américain, c’était, du point de vue russe, son « encerclement » – perception d’autant plus déterminante qu’elle remontait aux premières années de l’histoire soviétique, années de l’enfermement du bastion rouge posant au sanctuaire d’une « révolution mondiale » (qu’il fit tout, par ailleurs, pour saborder partout où elle hissait les couleurs) et transfigurant ainsi en posture idéologique un destin historique bien singulier, celui de grande puissance perpétuellement empêchée d’agir conformément à sa prétention (prétention impériale ou prétention révolutionnaire, le résultat stratégique est le même).

Le personnage de Poutine tire de là son efficacité : la révolution née en 1917 de la guerre mondiale a raté, la course aux armements née de la guerre froide a raté et précipité l’effondrement des structures staliniennes – en apparence, l’encerclement n’a donc jamais cessé, et du point de vue russe il ne peut même que s’aggraver puisque les Russes sont bien les seuls à s’imaginer… encerclés. Leur handicap n’est un secret pour personne, mais, comme tout cercle vicieux, un inconvénient pour tous. Il condamne à l’inutilité la plus odieuse un droit international même pas rudimentaire, et dont l’instance exécutive – les Nations unies et leurs organes – achève sous nos yeux sa carrière de fossile du wilsonisme. La guerre syrienne ne fait que manifester la gravité du dysfonctionnement et annoncer les prochaines étapes de la dégradation du « nomos de la terre ».


Accueil | Contact | Plan du site | Statistiques du site | Visiteurs : 92 / 28486

Suivre la vie du site Suivre la vie du site Les Bulletins  Suivre la vie du site 2013   Aide